L’assurance santé aux États-Unis : le casse-tête!

 

La question de l’assurance santé aux États-Unis est un vrai casse-tête ! Entre les assurances de santé privées, les assurances publiques, l’Obamacare… Il y a de quoi perdre les pédales. Quelle est la meilleure option lorsque je m’expatrie aux États-Unis ? À quel prix ? Et de quelle couverture vais-je bénéficier ? Beaucoup de questions qui peuvent faire des nœuds au cerveau, mais qui restent primordiales.

Ce n’est un secret pour personne, la santé aux États-Unis coûte excessivement cher : en moyenne 5 fois plus cher qu’en France.
Quand on sait qu’une migraine amenant à une hospitalisation peut coûter autour de 16 500$, on est forcé de trouver une solution raisonnable. En effet, cette problématique de coût entraîne plus d’un américain sur dix à ne pas s’assurer. Dans ce cas-là, mieux vaut croiser fort les doigts pour ne pas avoir de pépin après notre arrivée aux États-Unis.
En tant qu’expatriés, plusieurs solutions s’offrent à nous.

1. Assurances santé locales

1.1 Vous avez entendu parler de l’Obamacare ?

Ça bouge beaucoup question santé dernièrement entre Obama et Trump, mais ce qui est sûr, c’est que l’assurance santé aux États-Unis reste au cœur des préoccupations des américains. On vous met à jour en ce qui concerne la loi Patient Protection and Affordable Care, plus connue sous le nom d’Obamacare.

C’est un élément phare de la réforme du système de santé aux USA. Le but est de permettre au plus grand nombre de bénéficier d’une couverture santé.
Pour être ACA compliant (approuvée par l’ACA), une assurance doit garantir au minimum 10 services de soins essentiels (parmi lesquels : hospitalisation, analyse en laboratoire, prescription médicale, accouchement…), et proposer un questionnaire médical allégé.
Jusqu’en janvier 2019, toute personne payant des impôts aux États-Unis et n’ayant pas souscrit à une assurance ACA compliant devait payer des pénalités. Cette disposition n’existe plus, sauf dans les états suivants : Massachussetts, Washington DC, New Jersey, Vermont et Californie.

1.2 Vous êtes salarié(e) d’une entreprise

Votre employeur aux USA doit souscrire pour vous à une assurance santé privée. Mais vous vous doutez qu’il y a certaines conditions ! L’entreprise doit compter un minimum de 50 salariés, et vous devez y travaillez plus de 30h par semaine.
Vous restez malgré tout libre de souscrire à un autre contrat en complément, pour une couverture plus large.

1.3 Souscrivez à une assurance santé privée individuelle

Il est également possible de souscrire à une assurance de santé privée individuelle, souscrite dans l’état où vous êtes, si l’employeur ne vous la fournit pas.
Attention, soyez vigilant : si vous vous attendez à des tarifs et des couvertures comme on trouve en France, vous risquez d’être surpris ! On vous l’annonce en douceur : les prix sont bien plus élevés, pour une couverture inférieure. Maintenant, vous savez.

Ces deux premiers types d’assurances sont locaux, c’est-à-dire qu’ils ne fonctionneront qu’aux États-Unis ! Si vous voyagez hors USA, vous ne serez pas couverts, ce qui peut poser problème.

2. Souscrire à une offre spécifique expatriés

2.1 Souscrire à une assurance santé privée internationale (IPMI = International Private Medical Insurance)

Cette option-là permet une plus grande liberté et flexibilité. Les contrats disponibles sont souvent moins chers que les contrats des assurances locales. Ces contrats vous couvrent à 100% des frais réels engagés, avec une prise en charge au 1er dollar.
Un des gros avantages de ce type de contrat est la couverture internationale. En étant expatriés aux États-Unis, où les frais de santé sont les plus chers, vous pourrez partir ou vous le souhaitez sans surprime ! Et ça, c’est quand même sympa ! En cas de pépin, ils incluent également la responsabilité civile et l’assurance rapatriement.

2.2 Adhérer à la CFE (Caisse des Français à l’Étranger)

La CFE fonctionne comme la sécurité sociale en France. Le pourcentage de remboursement est calculé en fonction des tarifs français, ce qui peut paraître dérisoire. Pour une consultation chez un médecin généraliste, elle vous remboursera environ 17,50$, pour une consultation avoisinant les 230$. Ce qui ne va pas renflouer le compte en banque.
Cependant, elle présente tout de même quelques intérêts : elle permet d’assurer la continuité avec le système de sécurité sociale, et de réintégrer immédiatement son régime de protection lors d’un retour en France. Avec la CFE, on continue de cotiser à la caisse de retraite française. Pour un court séjour, ça reste intéressant.

L’adhésion se fait sans questionnaire médical préalable, et la tarification n’est pas liée à l’âge. La CFE n’exclue personne et permet donc au plus grand nombre d’être couvert.
Vous restez libre de souscrire à une assurance santé privée internationale en complément, car n’avoir que la CFE aux États-Unis, c’est jouer avec le feu !

3. Un choix cornélien

Tout cela prend beaucoup de temps et peut malgré tous les efforts fournis rester compliqué. Ce qui, en plus de vous frustrer, ne fait pas avancer votre problématique !
Chez Qiti, nous sommes qualifiés pour répondre à vos interrogations et trouver avec vous la meilleure solution pour vous protéger, ainsi que votre famille.
Nous avons à cœur de simplifier vos échanges et vos rapports à l’assurance, pour une expatriation en tout quiétude.

D’autres questions ? Écrivez-nous !

Contact

Tous nos articles

Engagements & Convictions

Logo

La liberté n’a pas de prix

Partenaire des plus grands assureurs, nous mettons notre indépendance à votre service. Vous êtes libre de nous rejoindre, de nous quitter, de nous recommander.

Logo

Le sens des responsabilités

Pas de langue de bois entre nous ! La défense de vos intérêts passe par des échanges clairs, honnêtes et compréhensibles par tous.

Logo

Le choix de la solidarité

La solidarité étant l’essence même de l’assurance, nous redistribuons jusqu’à 10% du montant de votre cotisation à une action humanitaire ou une association que vous choisissez de soutenir.